Chers lecteurs et amis, après « travailler plus pour gagner plus », je vous propose une autre formule, qui m’a été dernièrement  inspirée par le RSI : « ne plus travailler du tout pour perdre moins » !

Laissez moi vous expliquer les origines et le fondement de ce nouveau concept :

Depuis 3 ans et une mutation à Genève incompatible avec ma vie privée,  je travaille à mon compte avec grand bonheur . j’ai bien sûr  lancé ma marque de chemises et de caleçons Torpille, mais je fais également du conseil pour les réseaux de boutiques.

Début 2010, devenant gérante de ma société « Bagoût sarl », je me suis inscrite au RSI, sorte de caisse de retraite et d’assurance maladie pour les indépendants, commerçants et autres professions libérales.

C’est donc auprès du RSI que je dois verser mes cotisations sociales.

Mais revenons à nos moutons, en 2010, je réalise une belle année question conseil, je fais 2 belles missions : une première chez Arthur où je forme leurs 40 responsables de boutique aux techniques de vente et de merchandising et une 2ème chez Princesse Tam.Tam où j’encadre la refonte de leur boutique en ligne.

Au total, je facture presque 40 000€ ht, tout en me préservant du temps pour m’occuper de mon enfant terrible : Torpille.

L’année parfaite !

Du coup je m’octroie généreusement une rémunération de 20 000€ pour l’année, laissant les 20 000€ restants dans les caisses de Bagout, pour d’une part payer mes futures charges sociales et d’autres part m’acheter quelques mètres de tissus pour la nouvelle collection de Torpille.

Parallèlement à tout ça et dans un tout autre domaine, je demande à un carreleur de me faire un devis pour remettre à neuf notre salle de bain qui en a bien besoin.
Montant du devis : 8 056€ TTC.

Vu le montant on ne se précipite pas pour réaliser les travaux !

Ça y est le décor est planté.

Arrive alors le 4 octobre 2011, comme d’habitude  j’ouvre ma boite aux lettres, j’y trouve un courrier du RSI, j’ouvre l’enveloppe et la suite je ne m’en souviens plus bien car j’ai quasi perdu connaissance en découvrant le message, je vous le synthétise le plus fidèlement possible :

« Chère Madame, c’est pour un braquage, file nous illico la moitié de ce que tu as gagné en 2010 « 


Hein ? Quoi ! LA MOITIÉ !!!!!!!!!!!   et là je suis tombée dans les pommes.

Quand j’ai repris mes esprits, j’ai bel et bien dû faire un chèque de régularisation  6 082€, sachant que j’avais déjà versé 2 613€, ce qui représente au total environ 44% de ma rémunération.

Voilà le courrier, pour ceux qui auraient du mal à y croire :

régularisation cotisations RSI

Sachant que cette rémunération est dûment prise en compte dans le calcul de l’impôt de notre foyer fiscal, avec mon mari nous avons du en redonner une bonne petite tranche au fisc.

Je semble plaisanter, mais au fond de moi, c’est la révolution, là j’ai juste envie de ne plus gagner d’argent du tout, de planter des patates au fond de mon jardin (j’habite en appartement !), d’élever des poules, de repriser mes chaussettes jusqu’à la corde (tant pis pour Archiduchesse ! ) et dans l’immédiat de refaire moi même ma salle de bain !

D’ailleurs pour m’amuser, j’ai calculé combien de journées de conseil ou combien de caleçons il faut que je vende, compte tenu des diverses taxes et autres charges pour me payer une rénovation de salle de bain à 8 056€ !

Et bien en gros je suis arrivée au résultat suivant : il faut que je vende 1 500 caleçons à 29€ ttc pour me payer la rénovation de ma salle de bain  !

Alors franchement je pense que c’est plus facile, plus rapide et plus économique pour moi d’acheter 3 pinceaux, 2 pots de peinture et un peu d’huile de coude et de badigeonner toute une semaine en sifflotant.

Et vous savez, une fois que vous avez mis les doigts dans le peau de peinture, il est difficile de s’arrêter comme ça, alors à ce prix là et en attendant la livraison de ma nouvelle collection Torpille et l’ouverture de mon  nouveau site et bien j’en ai profité pour repeindre tout l’appartement !

Bon évidemment on pourra toujours dire que se payer une rénovation de salle de bain à 8 056€, c’est un sacré MPR (Méga Problème de Riche) comparé à la misère dans laquelle vivent bon nombre de français, mais c’est juste qu’à un moment, travailler pour quasiment rien au final, c’est pas super motivant !

Et en tout cas,  la lourdeur des charges sociales en France qui était jusque là pour moi assez théorique et devenue bien pesante.

Ceci-dit la peinture pour le moment c’est fini, je reviens dare dare aux affaires, car mon fabricant m’a annoncé que ma nouvelle collection est quasi prête à quitter ses ateliers.

Alors n’hésitez surtout pas à investir dans mes chemises, mes caleçons ou mes culottes, d’abord car ils sont ultra résistants, vous les garderez des années durant, mais aussi parce qu’à chaque fois que vous m’achetez une pièce vous participez largement au financement de notre collectivité !