Pas la peine de rire dans vos moustaches, culottier est un vrai et beau métier !

Bon ok, ça n’est pas moi qui conçoit les maillots de bain, caleçons et autres culottes, mais il est amusant de constater que depuis 15 ans maintenant je ne travaille que pour des marques dont le cœur de métier est la culotte  !

Tout ça pour dire que depuis un mois je suis chargée de projets retail pour la marque Petit Bateau, marque que j’apprécie énormément depuis des années.

culottes petit bateau

Je suis notamment en charge de la réalisation de manuels pour leurs boutiques et actuellement je planche sur un book des matières, qui détaille l’ensemble du processus de fabrication : de l’achat des matières premières, à la confection des articles en passant par le tricotage ou la teinture des tissus.

Ce document est sensé permettre aux équipes en boutique d’encore mieux transmettre aux clients la qualité Petit Bateau et son savoir faire centenaire (la marque va fêter ses 120 ans l’année prochaine)

C’est hyper intéressant à faire, d’autant que la semaine dernière je suis allée visiter leur usine à Troyes pour récupérer toutes les informations inhérentes à ce projet.

usine petit bateau à Troyes

Franchement j’ai été bluffé par la taille de l’usine, par le nombre de machines en service (tricotage, teinture, lavage, séchage des matières), par l’atelier de confection où des centaines de personnes coupent les tissus, assemblent les produits et les plient pour les expédier dans le monde entier.

Juste pour vous donner une idée ils y produisent 4 000 tonnes de tricot par an !

Encore plus bluffant : leur espace de stockage, où des montagnes de cartons attendent d’être livrés chez les clients (boutiques de la marque, boutiques multi marques, grands magasins et même particuliers pour les commandes internet).

C’est une vraie fourmilière !

Bref, je suis ravie de cette nouvelle mission, j’ai été hyper bien accueillie et intégrée par toute l’équipe et la bonne image que j’avais de la marque de l’extérieur se confirme très largement de l’intérieur.

Seule ombre au tableau, quand on bosse 10 heures par jour + les transports + le traitement des commandes Torpille (ben oui, j’ai des commandes, quelle question !) et bien il est difficile en plus de faire des articles pour son blog et encore plus de tweeter régulièrement !

Bonne fin dimanche à tous et à bientôt.